Équipe

Solder vos congés avant le 31 mai, ou faire un transfert vers le PERECO

SOLARIS les années passent, les irritants restent !

L’UDPA pointe la nécessité urgente du développement de correctifs 

Lors du CSE APIE, la Direction s’engage régulièrement à améliorer SOLARIS, l’outil de travail quotidien des régleurs de sinistres IARD.

Nous entendons encore les derniers propos rassurants de notre Directeur Général pour 2021: «  115 irritants dont 85 % seront résolus en fin d’année ».

Du côté utilisateurs, ce n’est pas la même limonade : lenteurs, anomalies, problèmes d’ouvertures de documents etc… Depuis la mise en place de Solaris il y a une dizaine d’années chaque modification engendre de nouveaux problèmes.

L’UDPA a ouvert la séance du CSE de mars, en exigeant des moyens informatiques suffisants pour que les irritants qui plombent le quotidien des régleurs soient enfin résolus.  A suivre !

La santé au travail, nous sommes tous concernés: une conférence du professeur Michel Debout

La pandémie a changé notre mode de vie, notre façon de travailler…et notre lieu de travail.

Pour des millions de travailleurs, il a fallu soudainement devenir des travailleurs à distance.

Quelles sont les leçons de cette expérience inédite ?

Quelles que soient les stratégies d’entreprise qui seront mises en place à l’avenir, il parait utile de rappeler la définition juridique du télétravail, ainsi que les exigences règlementaires en santé du travail qui lui sont liées.

Au-delà des obligations, de bonnes pratiques peuvent être mises en place et partagées pour atténuer les risques liés à une mauvaise ergonomie des postes de travail, ainsi que l’exposition aux Risques Psycho-Sociaux (RPS).

Le 29 mars 2021, l’UDPA UNSA a organisé la conférence « La santé au travail, nous sommes tous concernés » avec le professeur Michel Debout (Chercheur et homme politique français, diplômé d’études et recherches en psychologie médicale et docteur en droit médical et économie de la santé).

Vous retrouverez ici l’enregistrement intégral de son intervention.

 

Vous avez été nombreux à nous faire part de vos messages de remerciement pour avoir organisé cet evènement.

Nous en profitons pour remercier particulièrement Anne Juliette Tillay qui n’a pas ménagée ses efforts pour rendre possible  cette conférence.

Anne Juliette est la responsable de la section de l’UDPA UNSA au sein d’AXA XL.

N’hésitez pas à contacter vos élus de l’UDPA pour toute question, réaction, idées pour reproduire ce type de conférence sur l’autres thèmes.

 

EASY AXA à la Direction de la Distribution et du Marketing d'AXA France : 23 postes supprimés

Après le récent départ de l’équipe formation de la Direction de la Distribution et du Marketing vers les équipes formations de la RH, la méthode Easy AXA 2.0 frappe à nouveau :

Sous couverts de la création du rôle de Marketing Business Partner (MBP),  23 postes sont supprimés. 

16 départs ne seront pas remplacés et 7 collègues vont devoir se retrouver un autre poste.

Le sujet phare est la création du nouveau rôle clé multi-réseau, multi-canal, multi-tout, au sein de la Direction Marketing et Animation Commerciale (DMAC), sorte de couteau suisse à tout faire au carrefour des chemins de la Distribution.

On nous vend à coup de mots ronflants : nouveaux enjeux, nouveaux produits, nouvelles offres adaptées … L’UDPA n’est pas dupe, il s’agit bien de la démarche de suppression d’effectifs estampillée Easy AXA,  bref faire toujours plus avec toujours moins.

L’UDPA exige que chacun obtienne l’accompagnement individuel nécessaire.

Les résultats du sondage UDPA sur appréciation de la performance 2020 AXA France

Dès le premier confinement, la Direction avait refusé de revoir les objectifs pour une prise en compte du contexte de réalisation de leurs activités par les salaries. On pouvait se douter que le refus de la Direction d’une révision des objectifs au bénéfice d’une supposée bienveillance lors de l’évaluation masquait une spoliation.

Les résultats du sondage lancé en mars par l’UDPA sont éloquents et confirment nos inquiétudes.

une absence de reconnaissance de l’engagement :

52% des salariés perçoivent une faible reconnaissance de leur travail lors de l’évaluation de leur performance par la hiérarchie

 

Trop peu de prise en compte du contexte 2020

Pour 56% des salariés, les conditions particulièrement difficiles de réalisation de leur travail ont été ignorées dans l’évaluation des résultats. Pourtant, l’effort pour rouler à 30 km/h sur un vélo n’est pas le même avec le vent de face et le vent dans le dos!

En fait de bienveillance, les consignes d’économies ont prévalu avec pour conséquence, dans bien des cas, une baisse des taux d’atteinte. Une minorité d’appréciateurs ont revu les objectifs et/ou ont adopté une attitude bienveillante dans leur appréciation.

 

Quelques verbatims des répondants parmi les plus représentatifs :

  • « Pas de prise en compte des activités traitées hors objectifs (formations, nombreuses réunions…)»
  • « Aucune prise en considération des nombreuses surcharges de cette année 2020 très difficile.»
  • « J’ai fait 10 ans ce système de CRV puis j’en suis sorti car je n’accepte pas le principe de faire 100% de ces objectifs et n’avoir au final que 85 ou 90%.»
  • « Cet entretien ne SERT A RIEN:
    • la moitié des objectifs ne sont pas atteignables pour la simple raison qu’ils dépendent d’outils et/ou d’autres moyens qui ne sont pas donnés
    • le manager d’ailleurs n’en parle pas. »

Un constat de baisse de motivation des salariés

La motivation ne se décrète pas, elle se gagne par la loyauté, la confiance et la reconnaissance.

  • Seuls 28% des salariés ont vu leurs efforts exceptionnels reconnus durant l’année 2020 hors du commun.
  • La motivation de 45% des salariés a été affectée par le mépris de leur engagement.

 

Quelques verbatims des répondants parmi les plus représentatifs :

  • « Assez, voire complètement subjectif et opaque comme les entretiens des années précédentes.»
  • « Il n’y a pas eu d’incidence positive sur le taux…. C’est encore une fois un merci avec une tape dans le dos. »
  • « Pas de cohérence entre un taux à 95% depuis 5 ans et une absence d’augmentation depuis juillet 2016. »
  • « Un sentiment d’écœurement avec une baisse de 10 points (de 93 à 83 % ) … Renseignements pris auprès de collègues, on fait payer à certains la crise sanitaire, en clair aux anciens chez nous. »

 

Compétences professionnelles relationnelles (CPR) : à la tête du client

Le rejet des CPR par les salariés, équipier ou manager, est criant. Les conditions d’évaluation des CPR sont tellement opaques que bien des hiérarchies évitent d’en parler. Celles qui osent peinent à justifier la subjectivité du système.

  • Dans 53% des entretiens, les CPR ne sont pas évaluées.
  • Dans 13% des appréciations, les CPR pèsent plus de 30% alors que le poids maximum est de 30% en « classe 7 » et 20% en « classe 5 et 6 ».

Conditions difficiles + engagement salariés élevé = taux d’atteinte décevant

La bienveillance promise par la Direction? Oui celle envers les finances de l’Entreprise, non pour celle envers les salariés.

En 2020, dans des conditions exceptionnellement difficiles, AXA France a sauvegardé sa rentabilité. Ceci aurait-il été possible sans un engagement hors du commun salariés ?

La réponse est dans la question mais pas dans les taux d’atteinte.

 

Les salariés ayant obtenu un taux d’appréciation inférieur ou égal à 80%, sont exposés à la menace d’une supposée insuffisance professionnelle.

Pour contester un taux d’appréciation qui semble injustifié, contactez l’UDPA.

Fréquence d’augmentation : les salariés mal reconnus sont nombreux

La Direction prétend que les salariés non augmentés depuis 5 ans ou plus sont une infime minorité. Pourtant 27% sont dans ce cas!

Si 27% des salariés avaient réellement

  • des performances,
  • un savoir-faire,
  • un engagement,

ne méritant pas une augmentation depuis 5 ans et plus, alors AXA France ne serait pas une entreprise aussi florissante…

 

L’UDPA dénonce :

 le refus d’adapter les objectifs au contexte de 2020,

une absence de bienveillance dans la majorité des situations,

Et par conséquent  la baisse des taux d’atteinte pour nombre des salariés

Résilience, maître mot de la communication d’AXA

Citation de Thomas Buberl, à propos des résultats 2020 :

« Nos résultats ont montré la résilience d’AXA face à la crise du COVID 19 »

Un Directeur nous propose une quadruple résilience : « …résilience opérationnelle, résilience commerciale, résilience sur la poursuite des projets, résilience de profitabilité et ceci grâce à nos collaborateurs et à nos partenaires sur le terrain ».

De quoi parle-t-on? La résilience c’est la capacité à rebondir après un traumatisme.

Si les résultats d’AXA sont au rendez-vous, pour l’Actionnaire avec un dividende annoncé à 1,43 €, on oublie l’essentiel. La vraie résilience est celle des salariés qui ont su s’adapter à ce contexte nouveau et anxiogène, dans des conditions de travail que beaucoup ne connaissaient pas.

En effet, les salariés sont les champions de la résilience : ils ont dû déployer des trésors d’organisation face aux contraintes de la situation : gérer les enfants et les proches, un petit logement, l’isolement, une ergonomie du poste de travail à distance insuffisante, des journées de travail à rallonge, prendre en charge de nombreuses dépenses supplémentaires …

La vraie résilience d’AXA est celle de ses salariés, cela devait être dit. Les salariés méritent plus que de simples remerciements.

 

Michel Colin

axa france

Elu CSE APIE

Médaille du travail

Les salariés du privé ont droit à une médaille du travail à 20, 30, 35 et 40 ans d’ancienneté cumulée tous employeurs confondus. Chez AXA la médaille donne droit à une prime. Découvrez ci-dessous les démarches.

Chacun pourra se procurer via Internet le formulaire CERFA à remplir et à adresser à l’autorité administrative compétente, en fonction du lieu de résidence. Deux promotions ont lieu, le 1er janvier (demande à déposer avant le 15 octobre de l’année précédente) et le 14 juillet (demande avant le 1er mai) de chaque année.

L’attestation d’ancienneté chez AXA est accessible via Pléiades (demandes en ligne).

Il faut impérativement respecter l’ordre des demandes. Même si vous avez déjà l’ancienneté pour les 30 ans ou plus, il faudra commencer par demander la médaille des 20 ans à défaut elle sera perdue. Autrement dit, il n’est jamais trop tard pour bien faire.

Une fois le diplôme obtenu, vous devez l’envoyer à l’ADP via Pléiades. La prime vous sera réglée en principe dans les 2 mois.

Index Egalité femmes / hommes pour AXA France : des écarts en augmentation

Instauré par une loi de 2018, cet index évalue sur 100 points le niveau d’égalité entre les hommes et les femmes. Calculé sur 100 points, cet index dévoile le score de l’Entreprise selon 5 critères peu clairs.

Les résultats pour l’index égalité sont de 92 points sur 100 en 2021, et exactement les mêmes qu’en 2020 et 2019 (année de mise en place de l’index)

  • Ecarts de rémunérations : 37 points sur 40.
  • Ecarts de taux d’augmentations individuelles : 20 points sur 20.
  • Ecarts de taux de promotions : 15 points sur 15.
  • Pourcentage de salariées revenues de congé ayant bénéficié d’une augmentation individuelle à leur retour : 15 points sur 15.
  • Nombre de salariés du sexe sous-représenté (les femmes) parmi les salariés ayant perçu les plus hautes rémunérations : 5 points sur 10.

                      Comment arrive t’on a de tels chiffres ?

L’index ne se base que sur la proportion de femmes augmentées par rapport aux hommes et pas sur les montants d’augmentations !

  • On l’a constaté lors de la dernière campagne d’augmentations individuelles, 38% des hommes ont bénéficié d’une augmentation contre 34,8% des femmes. De plus les hommes sont en montant plus augmentés que les femmes. Pour les cadres, c’est une différence de 18,5 % !
  • De même pour l’indicateur sur les salariées augmentées revenant de congés maternité, n’est regardé que le petit nombre de femmes en congé pendant le mois de juillet.
  • Pire, l’indicateur salarial sous-évalue les inégalités en appliquant des précautions statistiques (seuils de pertinence, barèmes et pondération). Une entreprise avec une moyenne de 10 % d’écart pourrait obtenir plus des trois quarts des points.

Un calcul qui pérennise les inégalités!

Fixation des objectifs – quelques bonnes pratiques

  • Une bonne pratique consiste à planifier les entretiens au moins 15 jours avant. Le salarié doit avoir connaissance des objectifs en amont pour pouvoir se préparer. Cette recommandation de la Direction est rarement respectée.

 

  • Faites à titre personnel une revue mensuelle de vos objectifs et de vos réalisations, pour voir où vous en êtes, si vous avez reçu les moyens demandés, si des points sont en attente, ce qui vous permettra de relancer, de garder trace de vos actions et de préparer l’entretien d’évaluation de fin d’année.

 

  • Il peut être utile que le manager présente en début d’entretien de fixation d’objectifs le contexte AXA de l’année à venir, les enjeux de la Direction, pour que le salarié puisse se positionner dans la situation et comprenne les attendus.

Important 

Si vous constatez en cours d’année un changement dans l’activité, des taches non prévues qui s’ajoutent… il peut être nécessaire de réactualiser vos objectifs. L’UDPA vous conseille de demander à votre manager un point d’étape, si celui-ci n’est pas déjà prévu,

L’UDPA rappelle que l’échange avec franchise entre manager et membre d’équipe, ne pas doit pas attendre l’entretien de fin d’année : à ce stade, c’est trop tard !

PARTICIPATION

Vos élus de l’UDPA ont participé à une réunion RSG concernant l’accord triennal sur la participation qui arrivait à échéance.
 
Les règles de versement de la participation sont dictées par la législation, donc ce nouvel accord ne change pratiquement pas par rapport à l’ancien.
 
Cependant vos élus de l’UDPA ont rappelé le contexte particulier en ces temps de pandémie : l’année 2020 a été fastidieuse, nécessitant une implication hors norme des salariés, qui n’ont pas été récompensés de leurs efforts, tant par les bonus de performance que des budgets d’augmentation.
 
Notre organisation a donc insisté pour que la résultante Participation/Intéressement soit l’occasion d’une reconnaissance financière en complément de la demande déjà effectuée d’une prime Macron ouverte à tous pouvant aller jusqu’à 2 000€ et sur laquelle la Direction n’a pas fermé la porte.
 
Nous ne connaissons pas encore le montant de la participation, les résultats qui génèrent la redistribution seront connus début mai.
Les choix resteront identiques aux années précédentes, à savoir :
– soit se faire payer l’intéressement et la participation le vendredi 9 juillet 2021 (mais ces sommes seront soumises à l’impôt),
– soit investir ces sommes dans le plan d’épargne avec l’opération Reflex qui aura lieu du 3 au 18 juin 2021.
Cette opération Reflex permettra d’investir dans le Shareplan (bloqué sur 5 ans mais avec une fiscalité allégée à la sortie) et/ou le PERECO (libérable à l’activation des droits à la retraite) .
 
Répondant à la question de vos élus de l’UDPA, la Direction confirme travailler actuellement à la restauration du dispositif « effet de levier » dans le cadre du Shareplan.

 

 

Vos représentants

  • photo de Xavier TIRACHE

    Xavier TIRACHE

  • photo de Sylvie PEDRONI

    Sylvie PEDRONI

  • photo de Serge BONTEMPS

    Serge BONTEMPS

  • photo de Marie-Pascale DUVERNOIS

    Marie-Pascale DUVERNOIS

  • photo de Frédéric ABEL

    Frédéric ABEL

  • photo de Flora SAUVEUR

    Flora SAUVEUR

  • photo de Denis DERRIEN

    Denis DERRIEN

  • photo de Christine SORGENFREI

    Christine SORGENFREI

  • photo de Anne-Juliette TILLAY

    Anne-Juliette TILLAY

  • photo de François TIXIER

    François TIXIER

  • photo de Thierry BASTIDE

    Thierry BASTIDE

  • photo de Ange-Yannick KOMBE

    Ange-Yannick KOMBE

  • photo de Hubert LAURIOZ

    Hubert LAURIOZ

  • photo de Frédéric DORTOMB

    Frédéric DORTOMB

  • photo de Catherine CHAUVIN

    Catherine CHAUVIN

  • photo de Sylvaine Hardy

    Sylvaine Hardy

  • photo de René-Hubert Purseigle

    René-Hubert Purseigle

  • photo de Christophe Bezault

    Christophe Bezault

  • photo de Patricia Dumas

    Patricia Dumas

  • photo de Jaime Martins

    Jaime Martins

  • photo de Christophe Pajadon

    Christophe Pajadon

  • photo de Bertrand Testu

    Bertrand Testu

  • photo de François Blanchecotte

    François Blanchecotte

  • photo de Eric Graziani

    Eric Graziani

  • photo de Dominique Gulluscio

    Dominique Gulluscio

  • photo de Fernando Jorge

    Fernando Jorge

  • photo de Nathalie Loustalot

    Nathalie Loustalot

  • photo de Claudine Magusto

    Claudine Magusto

  • photo de Pascal Soullard

    Pascal Soullard

  • photo de Christophe Rocher

    Christophe Rocher

  • photo de Giulia Schumacher

    Giulia Schumacher

  • photo de Christophe Sessiecq

    Christophe Sessiecq

  • photo de Xavier Boully

    Xavier Boully

  • photo de Jean-Pierre Vassard

    Jean-Pierre Vassard

  • photo de Moussa Toure

    Moussa Toure

  • photo de Gilles Bary

    Gilles Bary

  • photo de Hassan Akid

    Hassan Akid

  • photo de Michele Alleman

    Michele Alleman

  • photo de Yves Bretel

    Yves Bretel

  • photo de Pierre Clerc

    Pierre Clerc

  • photo de Katy Nativel

    Katy Nativel

  • photo de Bruno Gay

    Bruno Gay

  • photo de Dominique Herbert

    Dominique Herbert

  • photo de Anne-Charlotte Laumonier Blouet

    Anne-Charlotte Laumonier Blouet

  • photo de Yann Le Beller

    Yann Le Beller

  • photo de Jean-Marc Lefebvre

    Jean-Marc Lefebvre

  • photo de Corinne Marzolf

    Corinne Marzolf

  • photo de Jacques Quinol

    Jacques Quinol

  • photo de Fred Rety

    Fred Rety

  • photo de Françoise Sala

    Françoise Sala

  • photo de Michel Colin

    Michel Colin

  • photo de Dominique Le Gall

    Dominique Le Gall

  • photo de Jean-Marc Pagau

    Jean-Marc Pagau

  • photo de Jean-François Herbert

    Jean-François Herbert

  • photo de Yassine Khessouma

    Yassine Khessouma

  • photo de Marie-laure Marchand

    Marie-laure Marchand

  • photo de Nathalie Pacitti Diaz

    Nathalie Pacitti Diaz

  • photo de Sophie Dumas

    Sophie Dumas

  • photo de UDPA AXA Banque

    UDPA AXA Banque