Les résultats du sondage UDPA sur appréciation de la performance 2020 AXA France

Dès le premier confinement, la Direction avait refusé de revoir les objectifs pour une prise en compte du contexte de réalisation de leurs activités par les salaries. On pouvait se douter que le refus de la Direction d’une révision des objectifs au bénéfice d’une supposée bienveillance lors de l’évaluation masquait une spoliation.

Les résultats du sondage lancé en mars par l’UDPA sont éloquents et confirment nos inquiétudes.

une absence de reconnaissance de l’engagement :

52% des salariés perçoivent une faible reconnaissance de leur travail lors de l’évaluation de leur performance par la hiérarchie

 

Trop peu de prise en compte du contexte 2020

Pour 56% des salariés, les conditions particulièrement difficiles de réalisation de leur travail ont été ignorées dans l’évaluation des résultats. Pourtant, l’effort pour rouler à 30 km/h sur un vélo n’est pas le même avec le vent de face et le vent dans le dos!

En fait de bienveillance, les consignes d’économies ont prévalu avec pour conséquence, dans bien des cas, une baisse des taux d’atteinte. Une minorité d’appréciateurs ont revu les objectifs et/ou ont adopté une attitude bienveillante dans leur appréciation.

 

Quelques verbatims des répondants parmi les plus représentatifs :

  • « Pas de prise en compte des activités traitées hors objectifs (formations, nombreuses réunions…)»
  • « Aucune prise en considération des nombreuses surcharges de cette année 2020 très difficile.»
  • « J’ai fait 10 ans ce système de CRV puis j’en suis sorti car je n’accepte pas le principe de faire 100% de ces objectifs et n’avoir au final que 85 ou 90%.»
  • « Cet entretien ne SERT A RIEN:
    • la moitié des objectifs ne sont pas atteignables pour la simple raison qu’ils dépendent d’outils et/ou d’autres moyens qui ne sont pas donnés
    • le manager d’ailleurs n’en parle pas. »

Un constat de baisse de motivation des salariés

La motivation ne se décrète pas, elle se gagne par la loyauté, la confiance et la reconnaissance.

  • Seuls 28% des salariés ont vu leurs efforts exceptionnels reconnus durant l’année 2020 hors du commun.
  • La motivation de 45% des salariés a été affectée par le mépris de leur engagement.

 

Quelques verbatims des répondants parmi les plus représentatifs :

  • « Assez, voire complètement subjectif et opaque comme les entretiens des années précédentes.»
  • « Il n’y a pas eu d’incidence positive sur le taux…. C’est encore une fois un merci avec une tape dans le dos. »
  • « Pas de cohérence entre un taux à 95% depuis 5 ans et une absence d’augmentation depuis juillet 2016. »
  • « Un sentiment d’écœurement avec une baisse de 10 points (de 93 à 83 % ) … Renseignements pris auprès de collègues, on fait payer à certains la crise sanitaire, en clair aux anciens chez nous. »

 

Compétences professionnelles relationnelles (CPR) : à la tête du client

Le rejet des CPR par les salariés, équipier ou manager, est criant. Les conditions d’évaluation des CPR sont tellement opaques que bien des hiérarchies évitent d’en parler. Celles qui osent peinent à justifier la subjectivité du système.

  • Dans 53% des entretiens, les CPR ne sont pas évaluées.
  • Dans 13% des appréciations, les CPR pèsent plus de 30% alors que le poids maximum est de 30% en « classe 7 » et 20% en « classe 5 et 6 ».

Conditions difficiles + engagement salariés élevé = taux d’atteinte décevant

La bienveillance promise par la Direction? Oui celle envers les finances de l’Entreprise, non pour celle envers les salariés.

En 2020, dans des conditions exceptionnellement difficiles, AXA France a sauvegardé sa rentabilité. Ceci aurait-il été possible sans un engagement hors du commun salariés ?

La réponse est dans la question mais pas dans les taux d’atteinte.

 

Les salariés ayant obtenu un taux d’appréciation inférieur ou égal à 80%, sont exposés à la menace d’une supposée insuffisance professionnelle.

Pour contester un taux d’appréciation qui semble injustifié, contactez l’UDPA.

Fréquence d’augmentation : les salariés mal reconnus sont nombreux

La Direction prétend que les salariés non augmentés depuis 5 ans ou plus sont une infime minorité. Pourtant 27% sont dans ce cas!

Si 27% des salariés avaient réellement

  • des performances,
  • un savoir-faire,
  • un engagement,

ne méritant pas une augmentation depuis 5 ans et plus, alors AXA France ne serait pas une entreprise aussi florissante…

 

L’UDPA dénonce :

 le refus d’adapter les objectifs au contexte de 2020,

une absence de bienveillance dans la majorité des situations,

Et par conséquent  la baisse des taux d’atteinte pour nombre des salariés

Vos représentants

  • photo de Xavier TIRACHE

    Xavier TIRACHE

  • photo de Sylvie PEDRONI

    Sylvie PEDRONI

  • photo de Serge BONTEMPS

    Serge BONTEMPS

  • photo de Marie-Pascale DUVERNOIS

    Marie-Pascale DUVERNOIS

  • photo de Frédéric ABEL

    Frédéric ABEL

  • photo de Flora SAUVEUR

    Flora SAUVEUR

  • photo de Denis DERRIEN

    Denis DERRIEN

  • photo de Christine SORGENFREI

    Christine SORGENFREI

  • photo de Anne-Juliette TILLAY

    Anne-Juliette TILLAY

  • photo de François TIXIER

    François TIXIER

  • photo de Thierry BASTIDE

    Thierry BASTIDE

  • photo de Ange-Yannick KOMBE

    Ange-Yannick KOMBE

  • photo de Hubert LAURIOZ

    Hubert LAURIOZ

  • photo de Frédéric DORTOMB

    Frédéric DORTOMB

  • photo de Catherine CHAUVIN

    Catherine CHAUVIN

  • photo de Sylvaine Hardy

    Sylvaine Hardy

  • photo de René-Hubert Purseigle

    René-Hubert Purseigle

  • photo de Christophe Bezault

    Christophe Bezault

  • photo de Patricia Dumas

    Patricia Dumas

  • photo de Jaime Martins

    Jaime Martins

  • photo de Christophe Pajadon

    Christophe Pajadon

  • photo de Bertrand Testu

    Bertrand Testu

  • photo de François Blanchecotte

    François Blanchecotte

  • photo de Eric Graziani

    Eric Graziani

  • photo de Dominique Gulluscio

    Dominique Gulluscio

  • photo de Fernando Jorge

    Fernando Jorge

  • photo de Nathalie Loustalot

    Nathalie Loustalot

  • photo de Claudine Magusto

    Claudine Magusto

  • photo de Pascal Soullard

    Pascal Soullard

  • photo de Christophe Rocher

    Christophe Rocher

  • photo de Giulia Schumacher

    Giulia Schumacher

  • photo de Christophe Sessiecq

    Christophe Sessiecq

  • photo de Xavier Boully

    Xavier Boully

  • photo de Jean-Pierre Vassard

    Jean-Pierre Vassard

  • photo de Moussa Toure

    Moussa Toure

  • photo de Gilles Bary

    Gilles Bary

  • photo de Hassan Akid

    Hassan Akid

  • photo de Michele Alleman

    Michele Alleman

  • photo de Yves Bretel

    Yves Bretel

  • photo de Pierre Clerc

    Pierre Clerc

  • photo de Katy Nativel

    Katy Nativel

  • photo de Bruno Gay

    Bruno Gay

  • photo de Dominique Herbert

    Dominique Herbert

  • photo de Anne-Charlotte Laumonier Blouet

    Anne-Charlotte Laumonier Blouet

  • photo de Yann Le Beller

    Yann Le Beller

  • photo de Jean-Marc Lefebvre

    Jean-Marc Lefebvre

  • photo de Corinne Marzolf

    Corinne Marzolf

  • photo de Jacques Quinol

    Jacques Quinol

  • photo de Fred Rety

    Fred Rety

  • photo de Françoise Sala

    Françoise Sala

  • photo de Michel Colin

    Michel Colin

  • photo de Dominique Le Gall

    Dominique Le Gall

  • photo de Jean-Marc Pagau

    Jean-Marc Pagau

  • photo de Jean-François Herbert

    Jean-François Herbert

  • photo de Yassine Khessouma

    Yassine Khessouma

  • photo de Marie-laure Marchand

    Marie-laure Marchand

  • photo de Nathalie Pacitti Diaz

    Nathalie Pacitti Diaz

  • photo de Sophie Dumas

    Sophie Dumas

  • photo de UDPA AXA Banque

    UDPA AXA Banque